lundi 14 janvier 2013

L'habillement liturgique du prêtre orthodoxe

 

La bande-son n'est pas toujours très adéquate ni très liturgique mais la vidéo est très pieuse et respectueuse de la solennité de l'habillement du prêtre et des prières qu'il prononce à ce moment-là.


Le prêtre dit en bénissant l’aube (sticharion) :
Béni soit notre Dieu en tout temps, maintenant et toujours et aux siècles des siècles. Mon âme se réjouira dans le Seigneur, car il m’a revêtu des vêtements du salut, il m’a couvert d’une tunique d’allégresse, comme un fiancé, il m’a ceint le front d’une couronne, comme une fiancée, il m’a paré de beauté. (Is 61, 10)

Il bénit de même chaque vêtement en disant:

Sur l’étole:

 Béni soit Dieu qui verse sa grâce sur ses prêtres, comme une huile odorante répandue sur la tête, qui descend sur la barbe, la barbe d’Aaron, le long de son vêtement. (Ps 132, 2)

Sur l’epigonation (s’il y a droit):

Vaillant guerrier, ceins ton épée sur ta hanche, éblouissant sur ta monture, élance-toi, pour défendre la vérité, la douceur et la justice; sa Droite te guidera merveilleusement, en tout temps, maintenant et toujours et aux siècles des siècles. (Ps 44, 4-5)

Sur la ceinture:

Béni soit Dieu qui m’a revêtu de force, c’est lui qui a disposé mon chemin dans l’innocence, qui a rendu mes pieds agiles comme ceux du chamois, qui m’a établi sur les hauteurs des montagnes, en tout temps, maintenant et toujours et aux siècles des siècles. (Ps 17, 33-34)

Sur la manchette droite:

Ta Droite, Seigneur, magnifique en puissance, ta Droite, Seigneur, écrase l’ennemi; dans la plénitude de ta gloire tu as renversé les adversaires. (Ex 15, 6-7)

Sur la manchette gauche:

Tes mains m’ont créé, elles m’ont formé: donne-moi l’intelligence pour que j’apprenne tes commandements. (Ps 118, 73)

Sur le phélonion ou chasuble:

 Tes prêtres, Seigneur, se revêtent de justice et tes saints tressaillent de joie, en tout temps, maintenant et toujours et aux siècles des siècles. (Ps 131, 9)

Les célébrants se lavent les mains en disant:

 Je lave mes mains dans l’innocence et je fais le tour de ton autel, ô Seigneur. Ainsi j’entendrai les accents de tes louanges et je proclamerai tes merveilles. Seigneur, j’ai aimé le lieu où tu demeures, le séjour où réside ta gloire. N’enlève pas mon âme avec celles des pécheurs, ni ma vie avec celle des hommes de sang, qui ont les mains tachées par les crimes, même quand leur droite est pleine de présents. Moi, je marche dans l’intégrité, délivre-moi et fais-moi grâce. Mon pied sera ferme dans la voie droite, je bénirai le Seigneur dans les Églises saintes. (Ps 25, 6-12)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire