samedi 9 mars 2019

L'homme créé à l'image et la ressemblance de Dieu


"Ceux qui gardent les portes du Royaume des Cieux, s'ils ne voient pas chez un chrétien la ressemblance au Christ, en tant que fils de son père… ils ne lui ouvriront  ni ne lui permettront d'entrer en aucun cas."
Saint Syméon le nouveau théologien


mardi 5 mars 2019

Voilà ce qu'est la Liturgie dominicale !


Le dimanche est le jour de la Résurrection de notre Seigneur Jésus Christ, le jour où les apôtres et les chrétiens fidèles se rassemblent pour rencontrer le Ressuscité, pour Le louer par leurs chants (Prières), pour L'écouter (Evangile), pour Le recevoir comme nourriture de vie éternelle (Communion) et pour partager les uns aux autres leur foi par la joie de la communion et de la rencontre (Agape). 
Voilà ce qu'est la Liturgie dominicale ! 
Elle est une vocation (appel) de tous les chrétiens, non pas une simple option. Durant les premiers siècles, celui qui ne voulait plus y participer et s'abstenait volontairement trois dimanches d'affilée, s'il était un clerc, il était déposé (interdit de célébrer), s'il était laïc, excommunié (interdit de communier, c'est-à-dire plus considéré un chrétien membre du Corps du Christ qu'est l'Église). 
Bien que ce canon 80 du 6e Concile Oecuménique ne soit plus observé actuellement, il convient que les fidèles/croyants soient attentifs à la foi de l'Église primitive.

mardi 26 février 2019

Les obstacles sur le chemin du salut par la moniale Moniale Iouliana


Quels sont les obstacles pour vous et nos contemporains sur le chemin du salut ?

- Vous savez, je ne veux pas théoriser. Il y a beaucoup de choses écrites sur ce sujet par des personnes qui en savent beaucoup plus et qui sont autorisées à répondre à cette question. Je peux seulement parler pour moi.

Nous parlons de tels sujets dans nos réunions monastiques; Cependant, chacune parle à partir d’elle-même et se garde  d'en faire une règle générale. Vous ne pouvez rien apprendre à personne en reprenant les idées de quelqu'un d'autre. Les idées, les doutes et les conclusions doivent être les vôtres. En ce moment, ma vie dans le monastère, mes pensées et mes prières me portent à croire que Dieu n’est limité par rien et ne nous limite pas non plus. Le salut peut venir de partout et par tous les moyens, même ceux auxquels vous n’avez jamais pensé. Je me contenterai de dire que je n’avais pas pensé que le monachisme aurait été le moyen de mon salut trois mois avant que je ne devienne religieuse. Il y a des gens qui avaient envisagé de devenir religieuse depuis leur enfance et leurs rêves se sont enfin réalisés lorsqu'ils se sont rendus au couvent. Il y avait des gens qui ont pensé ce chemin mais ne se sont jamais présentés: leur salut doit être ailleurs. Nos plans sont tellement délirants! Ils peuvent être ruinés au moindre contact de la main de Dieu - et être reconstruits comme de nouveaux plans complètement différents.

Le salut d'un être humain est un processus collaboratif et créatif. Dieu ne sauvera ni ne voudra sauver l’homme sans ses efforts. Dieu peut tout faire mais il nous a accordé le libre arbitre et c’est son don le plus vital. Il ne le viole pas. Dieu viole les lois naturelles qu'il n'a établies que lorsqu'il veut faire un miracle. Ce n’est pas ma propre idée. Je ne fais qu'absorber ce que je trouve utile et ensuite le partager avec d'autres.

En ce qui concerne les obstacles… Il y a peut-être des gens qui peuvent voir beaucoup d'obstacles. Personnellement, je ne vois qu’un obstacle, et c’est l’orgueil humain. C’est tout : il n’y a pas d’autres obstacles à notre salut. Tu peux être une rock star, un plombier, un prêtre ou un Japonais qui ne connaît rien au christianisme. Dieu trouvera le moyen de te sauver et de te conduire dans son Royaume. Cherchez-le aussi fort que vous pourrez. Notre chœur interprète une chanson avec les paroles suivantes: «Cherchez Dieu, cherchez-le avec des larmes. Cherche Dieu, mon peuple, avant qu’il ne soit trop tard. Cherchez-le partout, cherchez chacun de vous et vous finirez par le trouver. » C’est le sens de la vie d’un chrétien : rechercher Dieu. Toujours. Continuellement. Comment cherche-t-on Dieu? Chaque personne a sa propre façon de le faire."

traduction par Maxime de la source

mercredi 20 février 2019

Tomber et se relever…



"À l’origine, l’homme fut créé juste. Mais il tomba et perdit son harmonie intérieure. L’orgueil entra en lui, et avec l’orgueil, une multitude de passions, qui le détournèrent du bien et l'entraînèrent au péché. En cet état, l’homme souffrit. Aussi le Seigneur instaura-t-Il sur terre une infirmerie : la Sainte Église et les sacrements. Dans le baptême, on renonce à Satan et à ses œuvres, à son service et à son orgueil, c’est-à-dire à toutes les passions, et on reçoit la force de les combattre. Pour ceux qui tombent après le baptême, il y a le sacrement de pénitence, dans lequel les promesses du baptême sont répétées et les forces perdues de la Grâce renouvelées... Si le pénitent tombe à nouveau, il se relève à nouveau par le repentir. S’il tombe encore, il se relève encore, et ainsi jusqu’à la mort! C’est la voie commune du salut ! Nous avons, en outre, les carêmes", le jeûne” avec la préparation“ qui convient pour recevoir la communion. Il serait, certes, préférable de ne pas tomber après le baptême ou, du moins, de ne plus tomber après être tombé et s’être relevé par le repentir. Mais les passions sont proches de notre cœur — la vie en famille et en société leur fournit de nombreuses occasions de s’exacerber— et il arrive que le chrétien ne résiste pas à la tentation et tombe. Ou encore, il résiste deux ou trois fois et tombe à la quatrième ou à la cinquième. Il se repent, mais tombe à nouveau. Tant que sa conscience est fidèle et que les sentiments de piété et de crainte de Dieu demeurent vivants en lui, l’homme ressent ses chutes avec douleur. Les éviter dépend en partie de sa volonté. Ainsi, l’un s’enflamme à la pensée de vaincre et de déraciner les passions, d’accomplir sans faillir les promesses du baptême et de pénitence, ou de vivre sans blesser sa conscience ni offenser Dieu. 
N’estimant pas pouvoir y parvenir dans la société, un autre s'éloigne, fuit et demeure au « Désert» : il quitte le monde et entre au monastère. L’entrée au monastère implique donc la détermination de vivre sans plus s'adonner aux passions. La vie monastique, elle-même, est un combat incessant pour vaincre et déraciner les passions, afin d’être purs et irréprochables devant la Face de Dieu."

St Théophane le Reclus
in Pour garder la flamme

Comment puis-je apprendre la volonté de Dieu ?


Il est essentiel de plonger dans la loi de Dieu, de la contempler, de la parcourir, en se référant toujours aux saints pères.
La volonté de Dieu est la source de la justice et la source du bien.

Prêtre Daniel Sysoev

mercredi 31 octobre 2018

Les passions ne sont pas mauvaises en elles-mêmes…


La conception que les maîtres spirituels hésychastes se font de la voie qui doit conduire leurs disciples jusqu’aux plus hauts degrés de la contemplation est tributaire de notions psychologiques empruntées à la philosophie hellénistique, où se mêlaient les influences du platonisme et du stoïcisme. Évagre le Pontique fut le premier artisan de cette conceptualisation qui se retrouve, avec quelques variantes, tout au long de la tradition philocalique.

Pour lui, comme pour l’ensemble des Pères, l’homme est composé de deux éléments, le corps et l’âme. La tradition chrétienne a en effet écarté, lors des grandes controverses christologiques des IVème et Vème siècles, la théorie tripartite qui considérait que la nature humaine était constituée de trois éléments distincts, le corps, l’âme et l’esprit. Cette conception ne pouvait en effet s’accorder avec la doctrine traditionnelle de l’Incarnation du Christ. Lorsque certains, parmi les Pères, parlent de l’esprit comme d’un troisième élément de l’homme, ils n’entendent pas par ce mot un élément créé, mais l’énergie incréée du Saint-Esprit, qui vient vivifier l’âme créée. Plus souvent, les saints Pères entendent par esprit (pneuma) la partie supérieure de l’âme, le noûs, sans en faire un troisième élément constitutif.

Selon le schéma évagrien, l’âme humaine comporte trois parties. Les deux premières constituent la partie sensible et passible de l’âme (pathetikon); ce sont l'« appétit concupiscible» (epithymetikon ou epithymia), qui éprouve les deux « passions» fondamentales du désir (d’un bien absent) et du plaisir (quand un bien sensible est présent), et la « partie irascible» (thymikon), dont les passions fondamentales sont la crainte, la colère et la tristesse.

Ainsi comprises, les passions ne sont pas mauvaises en elles-mêmes. 
Évagre considère même que la « vraie nature » du concupiscible est de désirer le plaisir spirituel et la béatitude que procure la « gnose », l’union divine, et que celle de l’irascible est de lutter contre tout ce qui s’oppose à ce bien spirituel, particulièrement contre les démons. C’est le mauvais usage de ces facultés qui est la source des passions mauvaises, lesquelles sont, pour le concupiscible, la gourmandise, la luxure, l’amour de l’argent, la vaine gloire, l’orgueil; pour l’irascible, la mauvaise tristesse, la rancune, l’envie, la jalousie, la colère, la cruauté, l’acédie.

La troisième partie de l’âme ou partie raisonnable (Iogistikon) ne fait qu’un avec l’intellect (noûs). Celui-ci est la faculté de la connaissance intellectuelle; sans la grâce du Saint-Esprit, cette connaissance est discursive, conceptuelle; c’est ce qu’Évagre appelle la « science simple »; sous l’action du Saint-Esprit, elle devient expérience savoureuse de la compénétration de l’homme par la lumière incréée.
Si le concupiscible et l’irascible sont en proie aux passions mauvaises, ils enténèbrent l’intellect, qui devient sujet à l’ignorance et à l’erreur (selon Évagre, les vices de l’irascible, ceux qui s’opposent directement à la charité envers autrui, aveuglent l’intellect plus encore que ceux du concupiscible); s’ils en sont purifiés, l’intellect fait rejaillir sur eux sa lumière, et ils retrouvent leur vraie nature.

Père Placide Deseille
(Mémoire éternelle!)

dimanche 7 octobre 2018

Une journée dans la sainteté ?

"Le seul moyen par lequel vous pouvez passer la journée dans une  parfaite sainteté, la paix et sans péché est la prière la plus sincère et la plus fervente dès que vous vous réveillez le matin. Cela amènera le Christ dans votre cœur, avec le Père et le Saint-Esprit, et ainsi renforcera et fortifiera votre âme contre tout mal; mais il vous faudra tout de même garder soigneusement votre coeur."



Saint Jean de Kronstadt
Ma vie en Christ