mercredi 19 novembre 2014

UN AUTRE ESPACE TEMPS

LE TEMPS MONASTIQUE ATHONITE



Non seulement les monastères du Mont Athos ont conservé le calendrier julien, mais ils continuent en outre à utiliser la division du temps romain ou byzantin - ce sont les derniers endroits sur terre à préserver cette pratique.

Tout au long de l'histoire, l'homme a pris l'habitude de compter le temps à partir du coucher du soleil. Ceci est en accord avec la description biblique de la création du temps: " Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre. La terre était sans forme et vide; et les ténèbres étaient sur ​​la face de l'abîme. Et l'Esprit de Dieu planait sur ​​la face des eaux. Puis Dieu dit: Que la lumière soit; «Et la lumière fut. (Genèse 1: 1-3) "

Le jour, suivant l'horloge byzantine, commence donc au coucher du soleil. Cela peut être quelque peu arbitraire, car "coucher de soleil" peut signifier "quand le soleil descend sous l'horizon sur la mer», ou "quand le soleil descend sous la crête de la montagne." En outre, la longueur des jour croît et décroît tout au long de l'année.

Pour des raisons pratiques, le monastère Xeropotamou publie une liste de fois que le coucher du soleil se produit sur la péninsule atonie conformément à l'horloge "du monde". Ainsi, par exemple, si le calendrier de Xeropotamou indique que le coucher du soleil se produit à 19h00 (comme nous le noterions "normalement"), une horloge "athonite» sera alors réglée sur "minuit", ou 0h00, à ce moment-là.

La plupart des grands monastères utilisent l'horaire publié, mais certains règlent leur horloge locale à l'heure du coucher du soleil observée à leur endroit.

Cela semble déroutant au premier abord, mais devient peu à peu une habitude. En fait, en ajustant les temps des offices à la longueur du jour, les monastères du Mont Athos évitent le problème que nous avons dans les paroisses de célébrer les vêpres tout au long de l'année à 18h00 du temps "du monde", qui correspond à la tombée de la nuit en Décembre mais dans la chaleur de l'après-midi en Juin. La réalité est que la plupart des gens "dans le monde" vivent par l'horloge et ignorent les saisons. Sur l'Ethos, cependant, les moines vivent en harmonie avec les rythmes de la nature tout au long de l'année. ( version en français par Maxime le minime de la source)

samedi 25 octobre 2014

Sur le Tumblr de Moinillon : Nature et actions des démons

“Les démons, bien qu’assombris par leur chute, ont dans une certaine mesure conservé leur intelligence angélique et quelques autres qualités. Ils ont parfaitement étudié les propriétés de l’homme, physiques et psychiques ; ils ont accès au corps et aux nerfs, au cerveau de l’homme ; ils agissent sur les qualités et les manifestations morales de l’homme, toujours dans le sens du mal et dans le but de causer la perdition. Étant donné que l’homme voit les passions évidentes, ainsi que le mal qu’elles causent, les démons s’acharnent à tout mélanger, à donner une grande importance aux émotions de la personne, ils accentuent les unes, affaiblissent les autres, afin d’induire la personne en erreur, de donner à la passion des significations particulières, une belle apparence, etc. Leurs embûches, leurs ruses, leurs mensonges, tous leurs procédés sont innombrables qui visent à tromper et à perdre l’homme.”
Higoumène Nikon (Vorobiev)
Lettre - 17 avril 1958 (source)

jeudi 16 octobre 2014

ORDINATION D'UN ÉVÊQUE ORTHODOXE


Ordination de Sevastianos of Zela le  1Dec.2011 à la Cathédrale de la Sainte Triniité à  New York, NY.

lundi 8 septembre 2014

Un nouvel ouvrage de Jean-Claude LARCHET aux Editions du Cerf: « La vie sacramentelle »



Paru en : Août 2014
34,00 € - Disponible - 609 pages
Collection « Théologies »

Les sacrements ont-ils une fonction thérapeutique ? À quelle fréquence et comment faut-il se confesser ? Comment doit-on se préparer à la communion ? À qui s’adresse le sacrement de l’onction des malades ? Y a-t-il un mariage pour tous ? À quelles conditions le divorce est-il tolérable ? Quelles sanctions pour les clercs qui ont fauté ? Les sacrements agissent-ils par eux-mêmes ? Que doit faire le fidèle pour bénéficier concrètement de la grâce qu’ils dispensent ? 

Jean-Claude Larchet répond ici à toutes ces questions concrètes et à bien d’autres. Il analyse ici chacun des principaux sacrements dans sa nature, ses fondements historiques, et la riche signification symbolique de sa forme actuelle. Il montre à la fois ses relations avec la vie communautaire et ses implications pour la vie personnelle du chrétien. 

La plupart des débats actuels sont abordés en profondeur, concernant par exemple : les modalités de dispensation du baptême ; le moment de la chrismation ; la nature de l’eucharistie ; la fréquence et les conditions de la communion ; la nature et la finalité du mariage ; la possibilité du divorce et les conditions du remariage ; les problèmes posés par les mariages mixtes ; la façon de traiter pastoralement l’union libre ; la nature, le sens, le rôle et les formes de la confession et ses relations avec la communion ; le domaine d’application de l’onction des malades ; la nature de l’ordination et les exigences et responsabilités du ministère sacerdotal. - 

Paru en : Août 2014
34,00 € - Disponible - 609 pages
Collection « Théologies »Poids : 925 grammes
ISBN : 978-2-204-10282-7 - SODIS : 8299949 - EAN : 9782204102827