vendredi 15 juin 2012

Bien plus importants sont les moyens de salut que les voies de la perdition

"Notre négligence, notre imprudence, et notre paresse concernant notre salut sont vraiment étonnantes ; car combien nombreux sont les moyens, les facultés, et les commodités qui nous sont accordés pour ce salut par le tout-compatissant et Seigneur à la grande miséricorde ! Premièrement: notre soif naturelle pour le salut, la paix et la béatitude de l'âme ; la lumière de la compréhension et le désir de notre volonté pour tout ce qui est vrai, bon, beau, pur, exalté ; l'abondance de la grâce qui nous est donnée pour le salut , qui coule comme des rivières au sein de l'Église et désaltèrent les âmes assoiffées de salut; la proximité et la bienveillance du Seigneur pour nous sauver à chaque fois et à chaque instant; «l'Esprit lui-même intercède par des soupirs qui ne peuvent être prononcés» (Rm . VIII. 26), l'assistance et la coopération de nos anges gardiens pour notre salut, le service divin journalier dans l'Eglise, les Mystères salutaires, des prières, et l'intercession de la Mère de Dieu et tous les Saints. Il est incroyable de voir comment avec tout cela on peut encore périr, et non pas être tous sauvés. Certes, il y a beaucoup de choses qui entravent notre salut: tentations provenant de notre chair trop passionnée, du monde adultère et pécheur, du diable qui a mis partout des pièges pour notre destruction, la corruption de notre nature, notre conception et notre naissance non exemptes de péché ; les inclinations et les habitudes du péché. Cependant, bien plus importants sont les moyens de salut que les voies de la perdition. "Car bien plus grand est Celui qui est en vous (le Christ), que celui qui est dans le monde (le diable)" (I Jean IV. 4), et tous les saints ont vaincu toutes les épreuves et ont été sauvés. Mais que faisons-nous? Nous somnolons et nous dormons ! Remplis de honte, de péché, de douleur, de tristesse ! Le péché gagne sur nous d’autant qu'il a lui-même été profondément enterré en nous et a pris son ascendant sur nous, dans nos cœurs, dans notre chair passionnée, et il s'est fait une forteresse de nos propres passions, de notre amour-propre, de la concupiscence, de l'amour de l'honneur, de la fierté, de l'amour des biens, de l'incontinence, de l'auto-suffisance, du peu de foi, de l'incrédulité, de la libre-pensée, de l'hypocrisie, de la partialité, de la paresse, et par ces passions, comme avec des armes puissantes, il nous tire vers le bas et nous emmène en captivité, nous coupe et nous éloigne du Christ, notre vie véritable. C'est pourquoi celui qui désire le salut doit creuser, plonger au fond de son cœur, et construire ses fondations sur le roc, qui est le Christ le Sauveur, sur une foi forte et inébranlable en lui, sur l'espérance en lui, et sur rien ni personne d'autre, - sur un amour fort pour Lui et son prochain." St Jean de Kronstadt (extrait du texte intégralVersion française de The Church—The Treasury of Salvation par Maxime le minime du texte paru sur le site http://orthodoxinfo.com)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire