dimanche 12 février 2012

Tout ce cinéma intérieur si souvent absurde ou inutile...

"« Seigneur Jésus-Christ, aie pitié de moi ! » C'est le grand secret des moines et de tous les hommes spirituels depuis les Pères du Désert. Pour eux – c'était le cas de saint Séraphin – cette invocation pleine de foi et d'amour au Seigneur Jésus était devenue comme la respiration de leur âme. Ils aimaient aussi ponctuer leurs journées d'invocations comme « Trinité sainte, gloire à toi !» « Gloire à Dieu pour tout ! » « Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous ! » Cela remplaçait complètement chez eux tout ce cinéma intérieur si souvent absurde ou inutile qui occupe tant d'esprits." Geronda Placide (in Lettres aux amis du Monastère)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire