8. LES AUTRES ET SOI

Hiérarchie des besoins selon Maslow

Lorsque vous commencerez à ralentir votre vie, à réorganiser vos priorités, à devenir plus attentifs, et à prendre de la distance vis-à-vis de vos préférences et vos aversions, vous commencerez à voir des changements qui vont se mettre en place dans vos relations.

Ce sont les relations altruistes qui nous conduisent au bonheur et à une vie proche de Dieu. C'est ce que le Christ voulait dire quand Il nous a demandé d'aimer notre prochain comme nous-mêmes. Vous ne pouvez pas agir comme un être isolé et être proche de Dieu. Lorsque vous vous arrêtez sur vous-même vous construisez tout simplement un mur entre vous, les autres et Dieu. Ceux qui ne se préoccupent que de leurs besoins, de leurs désirs, de leurs projets et de leurs idées propres deviennent solitaires et s’installent dans un sentiment d'insécurité. Ils se sont eux-mêmes séparés de Dieu.

Un programme efficace pour apprendre à aimer est de placer les autres avant soi. Vous pouvez commencer avec votre propre famille, vos amis proches et vos collègues de travail. En essayant de comprendre les besoins de votre conjoint ou de votre meilleur ami, et en commençant à penser à leurs besoins avant de vous préoccuper des vôtres, vous constaterez que vous vous rapprocherez d’eux. Ce genre d'action affaiblit l'aspect négatif de notre égocentrisme et permet des relations plus étroites avec les autres.

Il ya un effet d'entraînement qui commence avec vos relations les plus proches. En même temps que vos relations avec ceux qui vous sont les plus proches s’accroissent, vous allez voir que vos relations les plus éloignées se rapprochent aussi. Votre amour s’étend vers l'extérieur. Parallèlement vous vous retrouverez de plus en plus près de Dieu. Donc, commencez cette pratique avec ceux qui sont les plus proches de vous.

La plupart d'entre nous trouvent que nous sommes tous enflés par notre ego. Nous voyons le monde à travers la grille d’interprétation de ce que nous aimons et de ce que nous détestons. Nous pensons naïvement que chacun a les mêmes espoirs et les mêmes craintes, les mêmes goûts et les mêmes rejets que nous. Trop souvent, nous attendons des autres qu'ils se comportent exactement comme nous-mêmes. Mais, quand ils ne le font pas et qu’ils attendent également de nous voir agir comme ils le font, nous nous heurtons à des conflits. Telle est la réalité du monde. Essayez de vous permettre de penser de la façon dont les autres pensent, à apprécier leurs goûts et aversions, à regarder les choses de leur point de vue. Alors, vous verrez vos relations s’épanouir.


Ce qui fait obstacle à notre connaissance de Dieu bloque de la même façon notre possibilité d'aimer les autres. Cela concerne notre bon vouloir. Nous grandissons spirituellement lorsque nous apprenons à éliminer notre volonté propre. C'est l’objectif de l’action de faire passer les autres avant soi. C'est l'exemple que le Christ a mis devant nous. C’est la réalisation des Saints de l'Eglise. C'est ce que Jésus voulait dire quand Il a dit, "Si vous voulez trouver votre vie, vous devez la perdre." L'un des deux grands commandements qu'Il nous a donnés est d'aimer notre prochain comme soi-même. Pourquoi ? Parce qu'il veut que nous soyons capables de L'aimer. Dieu est présent en chacun de nous et quand nous nous aimons nous aimons Dieu. C'est par notre amour des autres que nous pouvons connaître l'amour de Dieu.



La capacité de faire passer les autres avant soi en premier exige de la patience, un esprit calme et contrôlé. Cette vertu ne vient qu'avec une discipline de vie fondée sur la prière quotidienne où vous accroissez votre capacité à contrôler vos passions et aller au-delà de vos préférences et aversions. Demandez continuellement la miséricorde de Dieu et son aide pour surmonter votre nature égocentrée. Si vous êtes patient et capable de penser aux besoins des autres, vous ne serez pas irrité par une mauvaise parole qui pourrait vous faire naître en vous la colère. Lorsque vous serez plus vigilant et que votre vie sera plus ordonnée, alors vous pourrez aider les autres même quand ils sont en colère contre vous.
Vous pouvez mettre en pratique ce précepte de faire passer les autres avant soi d'abord aux autres, au travail même. Apprenez à accepter que d'autres peuvent avoir de bonnes idées même si elles sont différentes des vôtres. Quand vous n’attendrez plus que chacun soit et pense comme vous, et quand vous reconnaîtrez les goûts et dégoûts de chacun, sans les juger, vous commencerez à construire des relations d’amour au travail. En fait, le travail est un endroit idéal pour se débarrasser des angles aigus de votre personnalité. Du moment que vous apprendrez à aimer dans votre environnement de travail, votre exemple sera vu par d'autres pour le bénéfice de tous.

Certains diront que faire passer les autres avant soi va vous transformer en paillasson et que vous deviendrez l'objet d'abus. Il ne s’agit pas du tout de cela. Vous n'avez pas à automatiquement dire oui à tout ce que veulent les autres. Ce que nous disons, c'est de mettre le bien-être de l'autre personne avant nos propres désirs, mais pas nécessairement tout ce qu’il veut. Il y a des moments où il est dans le meilleur intérêt de l'autre personne de lui opposer un non. Et il y a d'autres moments, où nous disons oui, même quand cela va à l'encontre de l'un de nos propres désirs, parce que nous savons que c'est ce qui est le mieux pour l’autre. Telle est l'essence de l'amour divin. Vous mettez les autres en premier lorsque le bien-être de l'autre personne a plus de sens que vos propres désirs. C'est comme l'amour qu’une mère a naturellement pour son petit enfant. C'est le sacrifice que le Christ a fait sur la Croix. Il a volontairement donné sa vie pour notre salut. Souvent, dans une relation, il est nécessaire de dire «non» quand on sait que cela ne va pas dans le meilleur intérêt de l’autre personne et «oui» alors que cela ne répond pas à nos propres attentes.

Prière de Notre Seigneur à Gethsémani

Vous pouvez également raccommoder les relations rompues avec amour. C’est l'acte de pardonner qui a le plus puissant pouvoir de guérison. Le pardon réunit les deux parties. Lorsque vous pardonnez à ceux qui vous ont fait du mal, vous vous pardonnez aussi vos erreurs du passé. Ceci nous amène à un autre avantage que nous avons dans l'Église, le sacrement de la Confession. Dans ce sacrement, vous pouvez demander à Dieu de vous purifier de toutes vos transgressions passées, tous les occasions où vous n’avez pas été capables de contrôler vos passions et de maîtriser votre égocentrisme. Dans ce sacrement, non seulement vous êtes purifiés par l'Esprit Saint, mais vous gagnez également des conseils spirituels, une épitimie pour vous aider à surmonter la passion qui vous semble le plus difficile à contrôler. Lorsque vous "lavez le pont", quand vous vous montrez humble devant Dieu et que vous admettez vos faiblesses, vous vous ouvrez vous à une meilleure compréhension des combats des autres et vous devenez plus disposés à leur pardonner. Comme vous parvenez à pardonner aux autres, vous êtes plus en mesure de vous pardonner vous-même. En faisant cela, vous trouverez que vous parvenez davantage à faire passer les autres avant vous. Le résultat est que, tous, nous nous rapprochons de Dieu.