jeudi 5 décembre 2013

Petit miracle : l'oiseau et la pierre de la foi

 Nous sommes toujours émerveillés par le récit de grands miracles obtenus par l'intercession de nos saints. C'est pour nous une occasion d'édification, notre foi en est confortée et c'est un rappel que le Royaume est déjà là, que les Saints le perçoivent et le vivent ici et maintenant. Mais il n'y a pas lieu de nous désoler sur notre incapacité à vivre nous aussi dans ce Royaume déjà-là car si nous sommes attentifs, nous pouvons percevoir et vivre une multitude de petits miracles qui pour être moins spectaculaires que ceux des grands saints n'en sont pas moins les signes que pour nous aussi Dieu est proche, qu'une autre réalité que celle de la triste et cruelle réalité de la vie de ce monde est là à portée de main. Chacun de nous fait l'objet de la grande miséricorde de notre Dieu et reçoit en temps opportun le message, le signe qui va le soutenir, le réconforter, l'éclairer, le guider. Il suffit d'y être attentif et réceptif, comme cette personne dont voici l'histoire :


http://www.lesinvasionsephemeres.com/2131-thickbox/sautoir-oiseau-argent-et-pierre-de-lune.jpg


"Une de mes amies était assise dans le jardin avec un moral assez bas car sa santé était en déclin. Elle était née avec une malformation cardiaque, et toute sa vie elle avait lutté contre la fatigue et le manque d'énergie. Sa foi était très importante pour elle, elle la réconfortait et lui donnait la force et le courage de lutter. Mais ce jour-là sa foi semblait avoir disparu et elle se sentait complètement déprimée et dans une solitude totale. Quand un moineau a atterri près de ses pieds et a laissé tomber une petite pierre devant elle. Puis il s’est envolé. Le mot pierre s’est étrangement imposé alors à son esprit et a aussitôt évoqué pour elle ce passage de l’Evangile où l'apôtre Pierre a dit au Christ : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant», et le Seigneur lui a répondu que, sur cette déclaration de foi qu'Il est Dieu, Il construirait son Église. Ainsi, le Christ l’a appelé Pierre, en grec " Petros", parce que sur le rocher, en grec " petra ", de cette déclaration de foi, qui était inspirée par Dieu le Père, le Christ bâtirait son Église. Sa foi a alors jailli à nouveau en elle, et elle a remercié Dieu pour ce rappel de la petite pierre lancée par le moineau." Olga Giel. February, 1993. East House, Beech Hill, Mayford, Woking, Surrey
(Version française par Maxime le minime de la source)